Les Français et l’innovation

La sphère Motivation Factory    1 commentaire

Collaboratif Innovation Motivation News
16
mars
En 1980, un Néerlandais nommé Gert Hofstede publiait un livre universitaire révolutionnaire sur les biais culturels. Ses observations se sont basées sur un questionnaire de fond sur plus de 100 000 individus, tous employés de la société IBM dans laquelle il travaillait. Il a ainsi découvert que les réponses étaient remarquablement cohérentes à l’intérieur d’un même pays, et très différentes parfois entre pays voisins.   Pour résumer, on peut dire que 4 dimensions sont identifiées initialement et celles-ci permettaient de distinguer au mieux les écarts entre les cultures :
  • La « distance hiérarchique » : plus l’indice est élevé sur cet axe, et plus les habitants acceptent et attendent un certain niveau d’inégalité entre individus. Un indice élevé se traduit aussi par un fort niveau de centralisation.
  • L' »individualisme » : plus l’indice est élevé, plus l’individu demande du temps pour soi, de la liberté dans son travail et des défis à relever, donc de l’indépendance vis-à-vis de la communauté. L’individualisme est fortement corrélé au niveau de richesse par habitant.
  • Le « contrôle de l’incertitude » : plus l’indice est élevé, plus les individus sont anxieux face à l’avenir, et demandent à être rassurés par des règles.
  • La « masculinité » : une société plus « masculine » privilégiera des rôles et statuts différents pour les sexes, une priorité à la croissance économique plutôt que la protection de l’environnement.

La place de la France

La France présente des caractéristiques qui la distinguent nettement des autres cultures : sa société est en particulier à la fois hiérarchique et individualiste, un mélange rare alors que pour la plupart des autres pays une distance hiérarchique plus marquée est corrélée avec un collectivisme plus fort. Avec des indices respectifs de 68 et de 71, la France est hors normes, comme le montre le graphe suivant :

Hiérarchique et individualiste ? Cela signifie concrètement que les Français ne sont pas si attachés à l’égalité qu’ils veulent bien le dire, ils supportent en fait très bien les inégalités… à condition qu’elles leur profitent.
D’où le syndrome toujours si frappant dans les aéroports, où les Français se plaignent de ceux qui coupent les files mais essaient de le faire eux-mêmes… ou la critique récurrente des « riches » et la volonté de redistribuer les richesses, à condition que ce soient celles…des autres. 🙂

 

Innover, oui mais…

Plus positivement, le respect très fort de la hiérarchie couplé à un individualisme affirmé fait de nous une nation encline au « système D », à la conduite de projets innovants mais en dehors du cadre institutionnel, d’où le mythe toujours présent de l’inventeur qui réussit depuis son petit atelier. Pour pallier la tendance forte à la distance hiérarchique, et bénéficier à plein de toute la créativité présente en chacun de nous, la solution s’appelle l’innovation collaborative : une démarche qui s’appuie sur une méthodologie rigoureuse, qui respecte les hiérarchies, et qui permet à chacun d’exprimer ses idées et de les engager dans un processus formel de gestion de projet. Et c’est la vocation de Motivation Factory.     L’étude de M. Hofstede a donné lieu à une série de publications qui sont résumées dans « Cultures et Organisations : nos programmations mentales », ouvrage traduit en 18 langues. Les travaux de M. Hofstede sont présentés en détail également ici.
Vers le blog

1 commentaire

Laissez un commentaire



Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

Avatar Contact