Quelle rentabilité pour les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) ?

La sphère Motivation Factory    3 commentaires

Collaboratif Innovation News Retour sur Investissement (R.O.I.)
10
février
Toujours sur le thème de l’argent mais dans un autre domaine : les réseaux sociaux d’entreprise. Dans le monde du grand public, les réseaux sociaux sont dans l’air du temps ; certains affichant des valorisations extrêmement élevées (au point d’entrer en bourse comme Facebook) et réussissant même à être rentables… Alors, pour nous, entreprise, est-il rentable financièrement de mettre en place un tel outil en interne dans une organisation ? On peut apporter plusieurs éléments de réponse. Tout d’abord, observons brièvement le modèle économique des réseaux sociaux grand public. Ceux-ci gagnent de l’argent en monnayant l’adhésion à leur réseau, en affichant des publicités, ou en percevant des redevances auprès des professionnels qui veulent utiliser leur réseau pour vendre des produits (affichage de pubs ou jeux en ligne). Conclusion : on voit mal comment appliquer quelconque de ces sources de revenus à un réseau interne. Donc le réseau social d’entreprise doit justifier son existence par l’argent qu’il fait gagner ailleurs. Et c’est là qu’on en vient à la raison fondamentale qui a donné au départ l’idée de mettre en place un réseau social d’entreprise. Souvent la justification initiale est : « c’est à la mode » ; ou bien : « nos employés ont constitué un groupe sur Facebook, c’est intolérable, il nous faut un outil en interne » ; ou bien « avec un outil collaboratif, nos employés vont sûrement collaborer ». Alors dans les 3 cas, le calcul de la rentabilité est simple : elle est de -100% à peu près. Mettre en place un outil collaboratif dans le vide, ça ne sert à RIEN. Remarquez, ceux qui l’ont fait ont eu exactement ce qu’ils souhaitaient : pas grand-chose de concret mais un peu de convivialité dans ce monde de brutes. Pour moins cher, on peut aussi envisager une grande et belle machine à café avec des petits fours – car le réseau social d’entreprise existe déjà, il s’appelle la « machine à café ». Là où le réseau social d’entreprise prend tout son sens, en revanche, c’est lorsqu’il est mis en place comme un moyen pour dégager de la rentabilité sur des opérations concrètes. Eh oui,

le réseau social est un moyen, pas une fin.

C’est la rentabilité des opérations concrètes qui justifie les coûts de la mise en place d’un tel outil. Il n’y a alors pas besoin de s’épuiser en communication interne pour donner l’impression que le réseau est vivant : si le sujet business est bien choisi, les collaborateurs y trouveront leur intérêt. Et l’utilisation de l’outil pendant les heures de travail est dès lors justifiée, pour tout le monde. La bonne nouvelle, c’est qu’on observe alors de nombreux bienfaits, souvent non chiffrables, suite à la mise en place d’un outil motivé par d’authentiques préoccupations « business ». Par exemple, une étude récente du cabinet Inergie montre que lorsque les collaborateurs se sentent écoutés, ils écoutent aussi mieux leurs clients… Parmi les indices d’un réseau social d’entreprise bien pensé : la présence de workflows identifiés et formalisés pour suivre et traiter les contributions des collaborateurs, dans un objectif de résultats…
Vers le blog

3 commentaires

Laissez un commentaire



Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

Avatar Contact