Les belles histoires de l’innovation collaborativeMotivationFactory | Management de l’innovation, motivation de réseaux | Logiciels collaboratifs et sociaux |

Les belles histoires de l’innovation collaborative

7
octobre
accor_interrupteur Une démarche d’innovation collaborative ou participative apporte beaucoup de bénéfices à l’ensemble de l’entreprise, à la fois tangibles et intangibles. Beaucoup de mes posts de blog en relatent.
Pour les plus sceptiques mais aussi pour tous ceux qui aiment les « belles histoires », j’entame avec cette publication une série de succès recensés, plus ou moins spectaculaires, mais qui présentent tous un point commun : ils trouvent leur origine dans une simple idée venant du terrain.

Accor, d’accord

Pour commencer, voici l’une des premières idées issues du premier programme mis en place par Motivation Factory. C’était en 2002 au sein du groupe Accor.

Ce jour-là, Ludovic Anfry, ancien réceptionniste, fait remonter une suggestion d’amélioration qui vient directement de ses observations.
Lorsqu’une femme de chambre ouvre la porte d’une chambre, en règle générale elle trouve tout allumé : les lumières, la climatisation (parfois avec les fenêtres ouvertes), la télévision… En effet les clients payent un tarif fixe pour la chambre, et n’ont aucune incitation particulière à se montrer économes d’une énergie qui ne leur coûte rien. En revanche cette énergie est bien facturée à l’hôtel. Les spécialistes de l’économie parleront d’un « agency dilemma » ou « problème principal-agent » en français : un acteur économique subit des coûts à cause d’un autre agent dont il ne contrôle pas les actions, comment inciter ce dernier à agir dans l’intérêt du premier ?
La suggestion de Ludovic est toute simple : conditionner l’activation d’un interrupteur général d’électricité à la présence du client dans la chambre.

Vous savez désormais de quand datent les interrupteurs à carte situés à côté de la porte d’entrée des chambres d’hôtel.

Et cette idée, qui a d’abord été cataloguée comme destinée à réduire les coûts, a obtenu trois autres effets : elle va dans le sens du développement durable, elle permet aux clients de participer à cet effort, et elle renforce l’image du groupe Accor dans ce domaine.
L’idée a généré entre 600 000 euros et 1 000 000 d’euros d’économies
pour le groupe la première année.


Référence : lepoint.fr – Les accros de la boîte à idées
Vers le blog

Laissez un commentaire



Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

Avatar Contact