Les 7 (fausses) raisons pour ne pas lancer une démarche d’innovation collaborative

La sphère Motivation Factory    4 commentaires

Collaboratif Innovation News Partage d'expérience
24
juin
fausseraison On n’arrête pas de se le répéter :
  • L’innovation est un puissant levier de compétitivité pour l’entreprise
  • Le collaboratif est un mode de travail qui apporte efficacité et performance au quotidien

Et pourtant… on constate que plus de 70% des entreprises françaises tardent à intégrer le collaboratif dans leur culture et leurs pratiques managériales*.

Pourquoi ce décalage entre la déclaration d’intention et la réalité ? La crise me direz-vous… Le manque de budget… Soit.

Néanmoins, à côté du contexte économique (OK, qui est une vraie raison), nous avons listé les 7 excuses le plus souvent rencontrées (qui nous paraissent être de fausses raisons). Et totalement surmontables !

illufausseraison

1. « L’appel du vide »
« Chez nous ça ne peut pas marcher, le terrain n’a pas d’idées. D’ailleurs, si des gens du terrain avaient des idées ça se saurait, et ils travailleraient au siège »

  • Une hypothèse intéressante et qui donne un éclairage nouveau aux RH, chargées de recruter des gens sans talent et de les empêcher d’en acquérir…
  • Dans les faits, le terrain a évidemment toujours des bonnes idées et des bonnes pratiques à partager ; ce qui lui manque, c’est un canal officiel de remontée et de partage, et une solide confiance dans la capacité de l’organisation à écouter et à agir

2. « L’appel du plein »
« Dans les idées qui remontent, il y en aura plein de mauvaises, et on va passer trop de temps à faire le tri »

  • Il faut s’attendre à avoir beaucoup de « mauvaises » idées pour en collecter d’excellentes, d’ailleurs les idées qui peuvent apparaître comme totalement inapplicables ouvrent souvent la voie à des raisonnements vraiment nouveaux et fructueux
  • Par ailleurs, il existe des méthodes efficaces pour procéder à des tris rapides et répartir la charge du traitement, en particulier en concevant des circuits décisionnels adaptés et en faisant appel à des relais innovation et à des experts proportionnellement à la valeur potentielle des idées
  • Les mauvaises idées d’aujourd’hui doivent être archivées, car ce seront les bonnes idées de demain : le moteur à explosion a été une excellente idée pendant un siècle, il est temps de revenir aux bonnes idées de nos ancêtres qui ont été abandonnées à l’époque parce que le pétrole était bon marché par exemple

3. « Présumé coupable »
« Une idée d’amélioration cache une critique de l’existant »

  • Un argument parfaitement recevable, sous certaines conditions cependant : soit une organisation optimale dans un environnement très stable, soit une situation de rente protégée
  • Plus l’organisation est forte, plus elle est capable de soutenir la critique et de s’appuyer sur elle pour grandir
  • Les plaintes clients sont aussi une critique de l’existant, mais moins bien formulées, et sans forcément de bienveillance ; alors autant commencer par l’interne

4. « Les experts »
« L’innovation, on est déjà couverts, on a un département R&D pour ça »

  • C’est comme de dire que la qualité est uniquement l’affaire du département qualité, ou la gestion des ressources humaines uniquement celle des RH. L’innovation, l’amélioration continue, font partie du rôle de tout manager
  • Bien sûr, il faut un département dédié pour pouvoir avancer de façon « institutionnelle », assurer la veille, gérer les projets et les portefeuilles de projets. Cependant ce dispositif est utilement complété par une démarche plus large, car les chercheurs n’ont pas le monopole des bonnes idées
  • Il faut laisser sa chance à la chance… sinon nous n’aurions pas la pénicilline, les post-its…

5. « Urgences »
« On a d’autres urgences, on verra plus tard »

  • Quand on veut planter des arbres centenaires, il vaut mieux commencer tôt
  • Pour la plupart des urgences, on avance plus vite en avançant ensemble. Les personnes les plus qualifiées et motivées pour vous aider travaillent déjà chez vous, pourquoi ne pas demander officiellement leur aide ?
  • Les premiers effets d’un programme d’innovation collaborative sont : gains de rentabilité, renforcement de la cohésion sociale, baisse de l’absentéisme, hausse de la productivité, amélioration de l’écoute client… Vous diriez non à ça ?

6. « Courage, fuyons »
« J’ai très envie mais au Comité de Direction, ils vont trouver l’idée bête »

  • La norme managériale en vigueur, celle qui est expliquée dans les écoles, indique que le siège réfléchit et le terrain exécute. Et toute personne qui a travaillé au moins quelques jours sur le terrain sait que cette norme est inadaptée. Si vous le savez, les autres aussi le savent
  • C’est une façon d’affirmer son leadership… Lancer un mouvement tout en sachant que tout le monde va vite le soutenir, parce que ça marche et que c’est bénéfique
  • Commencez par une démarche-pilote, une journée de l’innovation ou un Trophée de l’innovation. Pas cher, peu risqué, et remplace agréablement un événement que vous auriez fait de toute façon

7. « Patate chaude »
« C’est une bonne idée mais il faudrait plutôt en parler au DSI / au DRH / à la communication interne / au Développement Durable / à l’Innovation / à la R&D / aux Opérations / au Marketing / aux Ventes »

  • La qualité non plus n’était de la responsabilité de personne, sauf des clients finaux… jusqu’à ce qu’on nomme des directeurs de la qualité partout
  • Les meilleures idées remontées dans les programmes d’innovation collaborative sont souvent connues depuis longtemps, et pas mises en œuvre parce qu’elles ne sont de la responsabilité directe de personne. L’innovation collaborative fait partie de ces idées
  • Vous allez pouvoir confier cette mission à la personne la plus compétente chez vous, avec de nombreux choix possibles, c’est beau la liberté

Maintenant que nous avons écarté les raisons de votre frilosité, vous êtes prêt à vous lancer !

Consultez le Guide de l’Innovation Collaborative et faites appel à des experts, pour vous conseiller, vous épauler et vous aiguiller vers les bons outils pour soutenir votre démarche d’entreprise.

*Etude serdaLAB juillet 2012

Vers le blog

4 commentaires

Laissez un commentaire

Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

+ 33 (0)1h 41 46 00 60

rousseau@motivationfactory.com