IDEATION et méthode TRIZ : bons baisers de Russie

La sphère Motivation Factory    0 commentaire

Collaboratif Innovation Management 2.0 Méthode News Partage d'expérience
29
mars
La méthode TRIZ a été développée pendant des dizaines d’années, dans ce qui était alors l’Union Soviétique, par un employé du bureau des brevets, Genrich Altshuller. Sa théorie a été publiée à la fin des années 60. Il est parti d’une observation factuelle : la très grande majorité des inventions et brevets qu’il voyait défiler dans son bureau reposaient sur l’application d’un nombre réduit de « principes » physiques. Par analogie, il s’est dit que ces principes, une fois recensés, pouvaient à leur tour servir de base à la créativité pour résoudre des problèmes complexes voire insolubles avec les méthodes traditionnelles.  

Une méthode d’idéation assez surprenante mais qui a fait ses preuves

Il en découle une méthode simple et efficace pour provoquer la créativité, suivant 3 étapes : 1. Décrire l’univers des contraintes en présence de façon simple c’est-à-dire identifier le contexte et les problématiques 2. Identifier l’état idéal vers lequel on souhaite tendre : définir le(s) objectif(s) 3. Mettre en évidence une contradiction fondamentale qui rend le problème difficile à résoudre, et faire appel aux 40 grands principes recensés par M. Altshuller pour dépasser la contradiction par une solution innovante Voici quelques exemples de ces 40 principes et comment ils ont été mis en application pour trouver des réponses innovantes à des problèmes réputés insolubles :
  • Le retournement : inverser l’action, rendre mobile la partie immobile, retourner l’objet. Applications : pour pouvoir pratiquer de la course à pied grande distance dans un espace réduit, ce n’est plus la personne qui se déplace mais le sol et on obtient un tapis de course.
  • La ligne courbe / la sphère : remplacer des éléments rectilignes par des éléments circulaires ou sphériques. Applications : pour faire sécher des vêtements dans un petit espace et se passer de la longue corde à linge, on « force » l’eau à se séparer des vêtements et on obtient l’essorage à la machine.
  • La vibration : faire vibrer un objet, en allant jusqu’aux ultra-sons, à la résonance, à la rupture. Applications : pour ôter des calculs rénaux d’un corps humain sans contact direct entre le chirurgien et l’élément néfaste, on obtient la destruction par ultra-sons.
  • La contre-réaction : utiliser un effet nocif pour contrecarrer un autre effet nocif. Applications : en plongée sous-marine, pour éviter à la fois la narcose due à l’azote et l’empoisonnement par l’oxygène respiré à haute pression, on obtient des bouteilles contenant en plus de l’hélium dans les gaz respirés par le plongeur.
Les 40 principes fondateurs étaient au départ des principes physiques, mais ils ont été déclinés depuis dans de nombreux domaines non-industriels dont l’écriture de logiciels ou la conduite des affaires. A noter que la méthode force la créativité en plaçant l’intellect devant un problème insoluble, devant une contradiction flagrante. Personnellement, j’aime beaucoup ce principe du « ET » plutôt que du « OU EXCLUSIF », qui oblige réellement à trouver des solutions nouvelles plutôt que de rester dans les chemins battus. Dans la longue liste des processus d’idéation, je trouve celui-ci particulièrement pertinent parce qu’il ouvre vraiment la réflexion vers des ressorts opérationnels, qui ont fait leur preuve. Un exercice recommandé donc ! Pour aller plus loin et passer de l’idéation à la mise en œuvre sous forme de projets, rien ne vaut un système de management des idées. A tout hasard, avez-vous pris connaissance de notre solution ?   Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez vous rapporter au site suivant : www.triz-journal.com.
Vers le blog

Laissez un commentaire



Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

Avatar Contact