La belle histoire des Pringles

La sphère Motivation Factory    0 commentaire

Collaboratif Innovation News
28
octobre
pringles Dans les années 1960, la firme Procter & Gamble lance une réflexion sur le sujet suivant : les chips. Un aliment de « snacking » par excellence dont la consommation ne cesse d’augmenter, présentent de nombreux défauts perçus comme irritants par les consommateurs ; les chips sont grasses, les sachets contiennent essentiellement de l’air et les chips s’écrasent facilement pendant le transport ou le stockage.
Il est donc décidé de lancer une réflexion pour concevoir un aliment similaire, pouvant être produit rapidement en grande quantité, mais débarrassé de ces inconvénients.

(D’après la légende) La solution à tous ces problèmes est venue d’un ingénieur en aéronautique nouvellement embauché dans une usine de chips traditionnelles – une configuration somme toute peu prévisible. Sa réflexion portait à l’origine sur la partie production. Celui-ci avait remarqué que la capacité de production de chips traditionnelles était limitée par la vitesse à laquelle le tapis roulant de séchage avançait : au-delà d’une vitesse même modérée les chips décollaient et s’envolaient partout. En changeant la forme des chips, on pouvait au contraire assurer que la vitesse les garde plaquées sur le tapis. Autre avantage qui en a résulté : les formes homogènes permettraient d’empiler les chips et de les transporter sans dommage et en prenant beaucoup moins de place. Cependant, il fallait pour cela une forme spéciale, et une forme constante entre toutes les chips…
L’idée était bonne, la réalisation demanda plus de temps : il fallut inventer une nouvelle composition plus adapté au moulage (mélange de flocons de pomme de terre et d’amidon à base de maïs et de riz), un processus de fabrication incluant la mise en forme de la pâte, sa cuisson, et finalement son emballage. Sous toutes ces conditions on parvint à commercialiser des chips révolutionnaires, cuites après un bain très court dans l’huile – donc peu grasses, empilées dans un tube cylindrique qui résistait aux chocs et contenait peu d’air.
Apparemment l’effort principal de conception, et l’idée d’origine des Pringles, reviennent à un ingénieur d’origine allemande, Fredric Baur. La réalisation de la partie amont du processus fut confiée à Len Hooper, la cuisson à Gene Wolfe, et le conditionnement à Fredric Baur lui-même, qui d’après Gene Wolfe faillit devenir fou à la suite des demandes supplémentaires permanentes qui lui étaient adressées.
Quelques éléments amusants :
  • Gene Wolfe est aussi et surtout un célèbre auteur de science-fiction… Sa contribution à la gastronomie populaire est moins célèbre
  • Fredric Baur a demandé que son corps soit incinéré et que les cendres soient recueillies dans un emballage de Pringles, ce qui fut fait
  • La forme mathématique de la chip est un hyperboloïde parabolique (une selle de cheval en plus petit)
  • Le nom « Pringle » viendrait, soit du nom d’un inventeur ayant déposé un brevet proche de celui des Pringles peu de temps auparavant, et auquel un hommage aurait ainsi été rendu ; soit celui d’une rue de Cincinnati (siège de Procter & Gamble) trouvé par hasard dans l’annuaire
  • Fredric Baur a aussi inventé une glace révolutionnaire, le Coldsnap, qui a connu moins de succès que les Pringles. L’équipe de conception comptait, non pas un auteur de science-fiction célèbre, mais un jeune ingénieur nommé Steve Ballmer, qui devint plus tard CEO de Microsoft. Tout mène aux chips, et les chips mènent à tout

La leçon de cette histoire est surtout : quelles sont les chances qu’un ingénieur en aéronautique soit explicitement sollicité pour résoudre un problème en agro-alimentaire ? et pourtant de tels croisements sont potentiellement féconds, à condition d’être rendus possibles. Pour résoudre vos problèmes de qualité, avez-vous pensé à faire intervenir des ingénieurs en charge de satellites, qui n’ont pas droit à l’erreur sur de très petites séries ? ou des ingénieurs en charge de briquets produits à la chaîne qui doivent maîtriser une précision extrême sur de très grandes séries ? Avez-vous échangé avec vos fournisseurs, vos partenaires, vos clients et surtout vos employés, quand bien même leur description de poste n’aurait rien à voir avec le problème envisagé ? Il faut laisser sa chance à la chance.

Références :
Vers le blog

Laissez un commentaire



Un projet, une idée, des questions...
Nos experts sont là pour en parler

Avatar Contact